Mieux vaut anticiper la nouvelle réglementation thermique avant de construire

A la suite du premier choc pétrolier, les autorités françaises ont mis en place un processus d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments pour réduire notre dépendance énergétique. C’est ainsi, qu’ont été adoptées les premières réglementations thermiques. En novembre, la réglementation thermique applicable au 1er janvier 2013 sera publiée. Son entrée en vigueur aura un impact structurant sur le marché de l’immobilier, tant elle influencera notre façon de bâtir. Mieux vaut l’anticiper pour éviter une sérieuse décote de la valeur de votre bien.

La consommation globale d’énergie entre une maison construite actuellement et celle qui sera construite après le 1er janvier 2013 sera divisée par un facteur allant de 2 à 4, selon le mode de chauffage retenu et la zone climatique de construction !


Si on compare les performances à atteindre à partir de 2013 et l’état actuel du parc de logements, l’ampleur de la rupture à accomplir est encore plus importante : selon une étude réalisée par l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat, près du tiers des maisons individuelles ont une consommation supérieure à 330 kW /M2/an.

Intégrer ces nouvelles normes nous obligera de fait à modifier notre façon de construire, on peut par exemple penser que l’exception française d’isoler par l’intérieur a vécu. Prochainement, à l’instar de nos voisins européens, l’isolation par l’extérieur se généralisera. De la même façon le recours aux énergies renouvelables pour chauffer le logement ou l’eau chaude sanitaire devrait se généraliser. Par ailleurs, d’autres aspects de la réglementation thermique nous obligeront à redécouvrir les vertus de l’architecture bioclimatique, (orientation, compacité de la maison, espaces tampons, surface vitrée…).

On l’aura compris, l’adoption de cette nouvelle réglementation marquera une évolution importante. Dans un contexte, où le coût de l’énergie est durablement et fortement orienté à la hausse, les logements conçus en respectant les nouvelles normes, beaucoup moins voraces en énergie tireront leur épingle du jeu lorsqu’il s’agira de les vendre. Le même type de logement construit aux normes actuelles subira inévitablement une sérieuse décote.

Avant de concrétiser l’achat qui est souvent le plus important de notre vie, qui nous engage sur quinze, vingt ou trente ans, il est me semble t-il indispensable d’avoir à l’esprit ces éléments et de les faire valoir auprès de son architecte ou de son constructeur, afin de vérifier si dans le projet qu’il vous propose ces nouvelles normes ont été correctement intégrées.

Indépendamment de toute conviction écologique, s’en assurer vous permet de préserver la valeur future de votre patrimoine.

Jean-Christophe Agnel


 

Partager avecShare on Facebook
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *