Le bilan énergétique : mesures et calculs

Le bilan énergétique de Panseo, qu’est ce que c’est ?

Cet article est le premier d’une série de trois consacrés au bilan énergétique. Ils permettront d’avoir une vision plus précise de la nature de cette prestation proposée par Panseo.

Calcul de l’étiquette énergie, évaluation des déperditions :

Il est nécessaire pour cela de relever et de mesurer certaines caractéristiques du logement. Ces données permettront :

  • de localiser les principales déperditions d’énergie
  • d’estimer la quantité d’énergie perdue par les parois déperditives
  • d’évaluer les consommations d’énergie du logement par usage : chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage…

Grâce à ces informations, il sera possible de déterminer l’étiquette énergie du logement et d’évaluer l’importance des rejets de gaz à effet de serre.

Consommation énergie logement

Si le décret est pris dans les délais, à partir de janvier 2011, il sera obligatoire pour tous les logements candidats à la vente ou à la location d’afficher cette étiquette énergie, ce qui aura inévitablement des conséquences sur le prix de location ou de vente du bien, en effet un loyer ou un prix de vente bas mais assorti de charges de chauffage lourdes paraîtra moins intéressant qu’un loyer ou un prix d’achat plus élevé mais compensé par de faibles charges.

Les mesures et relevés indispensables pour réaliser un bilan énergétique :

On va chercher à :

  • recenser les murs, planchers, plafonds, fenêtres et portes qui donnent sur l’extérieur ou un local non chauffé.
  • connaître la surface de chacune de ces parois déperditives, par lesquelles l’énergie du logement va s’échapper
  • apprécier les performances de chacune de ces parois, en déterminant leur résistance thermique (R) ou leur coefficient de transmission surfacique (U). Ces notions seront détaillées dans un prochain article.
  • évaluer le rendement des systèmes de chauffage

Les instruments de mesure utilisés pour réaliser un bilan énergétique

  • le télémètre laser : permet de mesurer rapidement et avec précision des distances, des surfaces, de calculer des hauteurs et des largeurs. Avec son aide, on va mesurer les surfaces déperditives, ainsi que la surface habitable du logement. Indispensable pour réaliser un bilan énergétique.
  • le thermomètre – humidimètre : mesure à distance ou par contact de la température ou de l’humidité relative, de l’air, d’une paroi. Il peut aider à repérer les parois mal isolées qui sont responsables d’un sentiment d’inconfort dans le logement, à détecter le risque d’apparition de certaines pathologies liées à l’humidité.
  • Le vitromètre : mesure rapide et facile de l’épaisseur des vitres et des lames d’air des doubles ou triples vitrages. Les épaisseurs de chacun des éléments constitutifs de la fenêtre permettent en effet de déterminer ses performances thermiques.
  • Le briquet : la couleur du reflet des flammes lorsqu’on approche un briquet de la vitre va permettre de détecter si le vitrage a subi un traitement améliorant ses performances.
  • Sondes de mesure de la résistance thermique des parois : à utiliser seulement si les caractéristiques de la paroi sont mal connues.

Intégration de ces données dans un logiciel de bilan énergétique

Toutes les données collectées feront l’objet, de retour au bureau, d’une saisie dans un logiciel spécialisé dans le calcul de bilan énergétique. Il est indispensable que cet outil respecte les algorithmes et méthodes de calcul arrêtés par les pouvoirs publics. En ce qui me concerne, j’ai choisi d’utiliser le logiciel BAO développé par Promodul.

Cliquez sur ce lien pour accéder à un diaporama présentant mes outils (Afficher les infos pour que le texte soit visible)

Partager avecShare on Facebook
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *