Business : les indicateurs virent au vert !

Le business investit désormais l’écologie

Qu’on le regrette, ou qu’on s’en félicite, force est de constater que le business investit désormais massivement le créneau de la transformation écologique de nos modes de production et de consommation.
Certains pesteront qu’il s’agit là d’une nouvelle façon pour le capitalisme de trouver d’autres sources de croissance : après avoir exploité la planète pendant des décennies, avec insouciance et désinvolture, le chantier de la dépollution, de la décontamination, de la production propre s’ouvre et offre de belles perspectives de profit.
Pour d’autres au contraire seuls l’initiative privée et les marchés sont en mesure d’imaginer les solutions et d’investir les capitaux nécessaires pour mener à bien cette mutation. On pourrait souhaiter que l’efficacité et l’impact des solutions proposées puissent aider à mesurer la sincérité de ces conversions affichées et proclamées.

Les ambitions des constructeurs automobiles en matière d’écologie

En plein mondial de l’automobile, les déclarations des constructeurs sont assez emblématiques de cette tendance à intégrer des objectifs environnementaux dans la stratégie de développement de l’entreprise et à les valoriser grâce à une politique de communication bien rodée.
Ainsi, le PDG de Renault vient d’affirmer que le véhicule électrique est une orientation inéluctable, elle devrait représenter près de 10% du marché à l’horizon 2020. Pour se positionner sur ce créneau, le patron de Renault entend d’ailleurs investir près de 4 milliards d’euros.
Tous les grands constructeurs présents au mondial de l’automobile présentent des modèles électriques ou hybrides qui seront commercialisés très prochainement. La voiture électrique est-elle pour autant l’outil permettant de faire diminuer significativement nos rejets de gaz à effet de serre ? Il est permis d’en douter. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner la situation de la Chine qui est durablement devenue le premier marché automobile de la planète : il s’y est vendu environ 13 millions de véhicules en 2009, or le charbon représente entre 65 et 70% du bouquet énergétique chinois. Les véhicules électriques vendus en Chine ne rejetteront pas de gaz à effet de serre, mais le charbon brûlé pour produire l’électricité nécessaire à la recharge de leurs batteries libèrera dans l’atmosphère de colossales quantités de gaz à effet de serre.

Une voiture 100% propre : le pari de better place

D’autres scénarios existent, plus radicaux dans leur conception et pourraient offrir des perspectives intéressantes. A titre d’exemple, le fondateur de la société better place envisage la généralisation de voitures 100% électriques, alimentées par de l’électricité propre d’origine éolienne ou photovoltaïque. Ce projet n’est pas l’œuvre d’un doux rêveur, mais celui d’un ancien cadre dirigeant d’un géant du logiciel d’entreprise. Il a d’ailleurs levé récemment plus de 350 millions de dollars auprès de plusieurs établissements financiers pour le réaliser. Israël soucieux de diminuer sa dépendance au pétrole produit par ses voisins sera le premier territoire à le tester dés 2011. Les voitures seront elles livrées par Renault.

La tentation de la désinformation verte : le greenwashing

Les dirigeants d’entreprises peuvent aujourd’hui avoir la tentation de repeindre en vert leurs pratiques actuelles ou au contraire le désir sincère de réorienter leurs modes de production pour mieux intégrer les contraintes environnementales. Le discernement du consommateur pourrait constituer un moyen efficace de pression pour éviter de tomber dans le piège de la vague verte. Pour nous aider, des professionnels de la communication ont réalisé un guide permettant de démasquer les entreprises qui mettraient en avant des arguments écologiques sans fondement pour vendre leurs produits.

 

Le guide de la désinformation verte

Reportage sur better place

Partager avecShare on Facebook
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *